AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur la nouvelle version de GGTR !
Wolfyface, galuche_cauet, wild.hapiness, littlem et .QUEENA sont ravies de vous présenter leur nouveau projet
Nous recherchons les personnages de la série
Blair, Serena, Vanessa, Dan, Jenny... Viens jeter un coup d'oeil
Charlotte Archibald recherche son époux
Alors n'hésite pas à prendre Nathaniel Archibald, je suis persuadée qu'elle te fera plein de bébés et de bons gâteaux au chocolat.
Ceelyana Williams recherche son futur copain -ou pas-
Si tu veux plus d'info c'est par ici
N'hésite pas à te faire parrainer
Si tu te sens perdu ou que tu as peur de ne pas t'intégrer.
Le topic commun va être bientôt lancé
Alors inscris-toi vite !
Louys recherche sa soeur jumelle
La jolie Madeline est attendue avec impatience..
Partagez
 

 ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Invité
avatar

Invité


information
My life

ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 EmptyLun 25 Fév - 22:09


M**** je suis dans son viseur
ft everybody
J'avais tout de même l'impression d'être ailleurs, la douleur, quel douleur ?? Je ne ressentais rien, pourtant le sang coulait et pas qu'un peu, pour une égratignure... Mais je en savais pas vraiment, je n'avais pas regarder la plaie,j'avais juste oter ma veste que j'avais abandonné un peu comme ça, je ne me souvenais déjà plus de l'endroit où je l'avais laissé.
En même temps, il s'agissait que d'un morceau de tissu après tout. Je m'étais remis debout, me demandant un peu ce qu'il se passait. Je passais la main sur mon visage, tentant de reprendre mes esprit.
Je regardais tout autour de moi, c'était l’hécatombe, des corps partout, et ça continuait de tirer, je cherchais d'où ça venait, mais en tournant le visage je vis que Blair était au sol...

Rapidement j'accourais à ses côtés, caressant son visage, je sentais les larmes monter, je la regardais, je regardais son corps, je vis que la balle s'était logée dans sa poitrine...
Je ne savais pas que faire, j'avais déjà du sang sur les mains, le main, et de plus j'étais tout tremblant, il fallait que je la sorte de là..
Je tentais de lui sourire, comme je pouvais pour la réconforter


« Je ne te laisserai pas Blair, jamais tu le sais. On va s'en sortir, je te le promets.... »

Je cherchais où, comment mais tout ce que je vis c'était Pierre, enfin quelqu'un qui était indemne, ça faisait plaisir de le voir en entier, et j'espérais que sa petite amie allait bien aussi...
Je le regardais paniqué, je vis qu'il jettait un oeil à mon bras, je faisais non de la tête lui faisant comprendre que tout allait bien


« C'est Blair, qu'il faut aider, pas moi. »

Il m'obligea à me relever en me demandant d'aller me mettre à l'abri, je ne voulais pas laisser Blair, mais deux blessés allaient lui être assez encombrant... Je me baissais doucement en caressant le visage de celle que j'aimais....

« Blair, Pierre va s'occuper de toi, je vais me mettre en sécurité, tentant de trouver la police, et des médecins pour te soigner.. Tiens le coup, pour moi, pour nous, je t'aime »

Je venais de lui dire que je l'aimais, certes je pensais ces mots, je l'embrassais tendrement, pour courir en tenant mon bras, pour me mettre à l'abri, derrière une table.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité


information
My life

ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 EmptyLun 25 Fév - 22:13

C'est la foliiiiiiie à cet instant les balles fusent de partout
Everybody

Je m'étais diriger vers cette porte, une porte de secours je devais imaginer. J'étais dehors, et là d'un coup je me sentais coupable d'être sorti, sans aider personne.
Pourtant une fois dehors, devant l'immeuble, je me laissais tomber assis en pleurant, c'était l'angoisse la haut... Mais je ne pouvais pas rester sans rien faire.
Je devais me calmer, et surtout refléchir à la situation, les secours, la police... Aider les gens qui sortirais d'ici pour se faire soigner....

Je pris mon courage à deux mains...et je regardais tout autour de moi, j'entendais les sirènes et tout, quelqu'un avait du les prévenir...
Je finis par rentrer dans le hall, cherchant un peu des personnes qui pouvaient être aidées et être sauvées...
je repris mon portable, et j'essayais d'appeler Francisco sans succès, j'espérais qu'il était à l'abri vraiment.
Je pensais aussi à Haley, où était elle, si nous nous étions barré de cette soirée nous serions tranquille...
Je pensais aussi au fait que Francisco ne voulait pas venir, j'aurais du l'écouter... Tout ça ne serait pas arriver....

Je finis par marcher de longs en large, et si je remontais la haut... je ne savais que faire... J'allais attendre les secours, sans doute auraient-ils besoin d'aide quand les blessés allaient arriver...


« C'est l'extase langoureuse, C'est la fatigue amoureuse, C'est tous les frissons des bois Parmi l'étreinte des brises » ► VERLAINE
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité


information
My life

ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 EmptyLun 25 Fév - 23:17

Je regardais Matthew. C'était comme si le monde avait arrêté de tourner. J'étais impuissante et pourtant Dieu sait si j'avais envie de l'aider. Je continuais de pleurer cherchant une énième fois les raisons qui m'avait poussées à venir à cette soirée. Je regardais alors autour de moi et remarqua quelqu'un qui essayait désespérément de composer un numéro sur son téléphone. Appelait-il les secours? L'un de ses proches? J'en savais rien. J'espérais juste que tout cela n'était qu'un cauchemar et que je me réveillerais dans mon lit. Matthew se mit alors à parler, d'une voix faible ce qui me fit encore plus paniquer. Que pouvais-je faire pour lui franchement? Entre deux sanglots, je lui répondis:

« Non pour l'instant mon frère est bien où il est. Toi, t'as besoin de moi…»

Je me sentais tellement inutile. Pourquoi lui? Pourquoi pas n'importe quel autre guignol de l'Upper East Side? Mais pourquoi? Il me demanda de lui promettre que je partirais une fois qu'il aurait fermé les yeux. Même si j'avais envie de partir, je ne pouvais pas. Je ne voulais pas l'abandonner. Et puis, j'avais beau essayer de bouger, j'étais comme paralysée. J'avais peur et c'était comme si mes muscles ne répondait plus. Je reposa mon regard sur Matthew:

« J'suis désolée Matthew mais je peux pas. Je veux pas t'abandonner là comme ça. On est venu tout les deux et on sortira tout les deux. Je refuse de te promettre une telle chose, tu m'entends? » Je marqua une courte pause puis ajouta: « Tu ne vas pas mourir, les secours vont arrivés. »

Je sais pas si le fait qu'il est fermé les yeux m'effrayait mais j'avais l'impression que cette soirée allait très mal ce terminer. J'enlevais alors mon gilet et le mis sur sa blessure, pour qu'il est au moins quelque chose pour comprimer sa plaie. C'était comme ça qu'il faisait dans les film, donc autant essayer que de ne rien faire. Je lui lança alors sur un ton de plus en plus paniquée:

« Matthew t'endors pas! Parle-moi, dis moi quelque chose! Je sais pas, n'importe quoi mais faut pas que tu t'endormes! »

Je continuais de pleurer en le regardant. J'essayais en même temps de voir où était le tireur. J'étais certaine qu'il devait avoir une cagoule mais je sais pas, je pouvais toujours avoir des choses à dire à la police. S'il il était grand ou petit? Gros ou de taille normal? Enfin ce genre de chose. Mais je ne le vis, il devait sûrement être à l'autre bout de la salle. Je regarda à nouveau Matthew. Je savais que s'il me voyait encore là, il essaierait de me faire partir. Juste pour qu'il soit sûr que je sois en sécurité. Mais je ne partirais pas sans lui, c'était quelque chose de non-négociable.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité


information
My life

ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 EmptyLun 25 Fév - 23:59

Je ne comprenais pas ce qu'il se passait en ce moment même. Je ressentais une violente douleur à la poitrine, un coup j'avais chaud, un coup j'avais froid, ma vue se troublait. Qu'est ce qu'il se passait ? Faites moi sortir de ce cauchemar. Je voyais autour de moi que les gens couraient partout, j'entendais même des coups de feu lointain. Le tueur faisait une hécatombe de toutes les personnes présentes pour la Saint Valentin. Moi qui ne voulais pas passer ce jour des amoureux seule, j'aurais mieux fait de rester dans mon lit au chaud. Je ne voulais pas mourir, ce n'était pas mon heure ... Chuck accourut auprès de moi. Il était blessé à l'épaule et pourtant il avait envie de m'aider. Je pleurais, les larmes ruisselaient sur mon visage.

Promets moi que je ne vais pas mourir. Chuck je veux pas ...

J'avais du mal à parler, ça me demandait beaucoup trop d'effort. J'avais énormément de mal à respirer. Il fallait qu'on me secourt et au plus vite, je ne voulais pas mourir à cause d'un homme complètement fou. Quand est ce que les policiers, l'ambulance ainsi que les pompiers allaient venir. C'est alors que Pierre vint vers nous. Il était indemne, au moins quelqu'un qui avait pu éviter l'homme déluré.

Pierre !

J'espérais qu'il puisse m'aider à sortir de là, c'était un véritable enfer. J'espérais que mes autres amis ainsi que ennemis car je ne souhaitais la mort de personne ne meurent pas. Si seulement on pouvait revenir en arrière. Chuck s'approchait de moi et me dit qu'il m'aimait. Les larmes coulèrent encore plus le long de mes joues.

Je vais essayer... Je t'aime Chuck !

Et il partit se mettre à l'abri et peut être partir d'ici. J'espérais qu'il reste en vie, je ne voulais pas qu'il meurt ... Mes paupières commencèrent à être lourdes, j'étais fatiguée et j'avais énormément froid. Je voyais bien que Pierre ne savait pas quoi faire. Ca y est, c'était fini pour moi ... Puis je dis dans un souffle :

Pierre ... Laisse moi, va te couvrir. Autant qu'un de nous deux reste en vie.

Revenir en haut Aller en bas

Lyannah H. Bennett

ADMIN ⊰ Hold on we're going home


Voir le profil de l'utilisateur
information✤ Ragots échangés : 431
✤ A N-Y depuis : 25/08/2012
✤ Localisation : Soit dans ma voiture, soit à l'hôpital
My life
Voir le profil de l'utilisateur

ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 EmptyMar 26 Fév - 0:32



ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 Tumblr_meagl24wcD1r4pw8vo3_250 ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 Tumblr_mghsk3IIuR1rut3b7o1_250

Le Bal de la St-Valentin
à table à table à table



Je venais de remonter après ma mini-escapade avec Adrian ou on a mangé de la glace, on se sépare à l’ascenseur, c’était vraiment bien sympa. Je rejoins mon petit ami à notre table et je me pose à côté de lui. Je lui souris quand tout d’un coup, un coup de feu retentit. Je vois la femme s’écroulait, dans ma tête, c’est le chaos. Qu’est-ce qui se passe ? Je ne vois pas qui est le tireur, mais j’ai peur. Aaron se leva d’un bond et m’attrapa au vol. « Viens avec moi, faut pas rester dans le coin. » me dit mon petit ami. Je hochais la tête. On se dirigeait vers une des sorties, main dans la main. J’avais vraiment peur pour lui, je ne voulais pas qu’il lui arrive quelque chose. Une vague de foule nous sépara, on fut forcer de se lâcher la main, j’eus un pincement au cœur. Je ne le voyais plus. J’étais bien décidée à rester dans la salle, quitte à me faire tirer dessus, il était hors de questions que je bouge sans savoir où était Aaron. J’entendis plusieurs coups de feu qui me tétanisèrent sur place. Je sentais mon sang se glacer dans mes veines. Ma peau frissonnait de peur, s’il voulait gâcher notre Saint-Valentin, il avait réussi. Je marchais, je voulais retrouver Aaron. J’espérais qu’il avait pris l’issue. Je bousculais les gens, m’excusaient. Certains m’insultaient mais vraiment, c’était le cadet de mes soucis s’ils savaient. Je me débattais quand certaines personnes essayaient de me ramener dans le troupeau et s’agglutinait près des portes de sorties, non merci. Au bout de quelques minutes, je retrouvais Aaron, j’étais soulagée, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il était touché, je me sentis pâlir, non pas à la vue du sang, mais ça me foutait un coup de poignard dans le cœur. « Haley! Ca va, t'as rien? » j’avançais près de lui, complètement morte de trouille, j’allais finir par mourir d’une crise cardiaque. Je le serrais dans mes bras et l’embrassais, je ne me collais pas à lui lors du câlin, je n’étais pas stupide. « Ne t’en fais pas, je vais bien. » lui dis-je ensuite. J’avais envie de pleurer. J’avais envie de tuer aussi ce tireur mais après c’est moi qui allait faire de la prison. Je n’avais pas d’arme ensuite, si je brandissais un couteau, il rigolerait et me tirait dessus et plus d’Haley. « Viens suis moi, on va essayer de sortir. » je hoche la tête, c’était capital qu’il reçoive des soins. Je serre sa main. Les gens agonisaient par terre, certains se cachaient, je reconnus ma meilleure amie. Pour l’instant, on était bloqué dans la salle. Je fronçais les sourcils, je savais que la balle le faisait terriblement souffrir. Je me sentais mal. Il perdait de ses forces, ça se voyait, le sang n’arrêtait pas. Tout le monde encore debout, c’était impressionnant. J’avais envie de me mettre par terre et de me cacher pour jusqu’à ce que ce soit fini. « Sors, va-t-en avant qu'il ne t'arrive quelque chose. Je te rejoindrais plus tard. » me proposa Aaron, il était hors de question que je sorte alors qu’il était entrain de perdre du sang. Ca me mettait hors de moi, même si c’était mignon le fait qu’il veuille me protéger mais je ne sortirais pas d’ici sans lui.Il en était hors de question, je pouvais le jurer sur ma tête. C’est mon ami avant d’être mon petit-ami, un ami proche, je n’avais pas le droit de l’abandonner. Je regardais Aaron et je lui répondis « Ecoute moi bien, je préfère mourir plutôt que de t’abandonner, si je sors, tu sors avec moi, il est hors de question que je sorte sans toi, en plus, tu es blessée, alors maintenant on va trouver une solution, ensemble ! » je lui fis un sourire, j’étais obstinée. Un autre coup de feu retentit. Mon cœur battait à tout rompre, je nous forçais à nous baisser et à nous mettre par terre. On se réfugiait sous une des tables ou je retrouvais ma meilleure amie, Elise complètement tétanisée mais que dieu soit loué, elle n’avait rien. Je la serrais quelques instants dans mes bras. Je retirais ma veste et la posait sur Aaron. Je pris la main d’Elise. « Ca va aller ma belle, je suis là ! » je la serrais dans mes bras, connaissant son passé. « On va sortir de là, tu n’es pas toute seule, maintenant tu vas m’aider mais calme-toi ! » je n’étais pas assurée. Je me faufilais jusqu’à la table derrière nous et prit la tonne de serviette tout en faisant attention au tireur. J’en posais une sur la plaie d’Aaron. Même si cela ne faisait pas du bien, il fallait compresser pour diminuer l’hémorragie. Je regardais ma meilleure amie en disant « Appuie sur sa plaie, je vais trouver un moyen de nous sortir de là. » je regardais ensuite Aaron. J’avais trop mal pour lui. Je voulais pleurer mais ce n’était pas le moment, il fallait que je sois forte pour les deux, je devais maitriser la situation et mes émotions. Ce n’était pas chose facile. J’enlevais mes chaussures pour faire le moins de bruit possible. Je sortais de notre cachette mais avant j’embrassais Aaron. « Restez-là, je vous aime ! » il y avait bien un moyen. Je me faufilais entre les tables et découvraient des cadavres, j’avais envie de vomir, c’était abominable. Je vis Pierre abattre cette femme, je me retenue pour ne pas hurler. Le sang giclait, c’était horrible. Il y avait la porte des cuisines mais c’était difficile à atteindre, déjà il y a un ascenseur de service et je venais juste de m’y rendre. Je revenais un peu en courant près d’Aaron et d’Elise. Je regardais Aaron en disant « On peut sortir par les cuisines, il faut être discret, tu tiendras le coup ou pas ? Ne me demande pas de fuir sans toi, parce que c’est hors de questions. »



made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité


information
My life

ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 EmptyMar 26 Fév - 1:41

ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 Tumblr_m92hgiT5xn1rnwqsxo1_500_large

Fronçant les sourcils, je mis plusieurs instants à comprendre ce qu’il se passait, que ces coups sourds répétés étaient en fait des coups de feu, et non un remue-ménage incompréhensible en cuisine. Il était tellement improbable, surréaliste même que des coups de feu se fassent entendre ici, en plein bal de la Saint Valentin que je n’y crus pas pendant quelques secondes. Et puis les visages horrifiés, les masques de terreur portés désormais par une grande majorité de convives eurent raison de mes faibles doutes restants. Le bal des Amoureux était en train de se transformer en bal de la Mort.

Me relevant brusquement, j’écartais sans ménagement ma chaise, regardant tour à tour les personnes présentes à ma table. Mon instinct de survie me hurlait de décamper vite fait de là, sans plus me retourner, sans penser à rien d’autre que me mettre à l’abri des balles, mais pourtant je restais là, debout, sans bouger. Malgré ce qui nous avait opposé ces derniers temps, je ne pouvais pas partir de mon côté, et laisser Phoenix et Lily se débrouiller seules. Même si je n’approuvais pas leur conduite, je ne pourrais plus vivre avec la culpabilité qui m’écraserait si je survivais alors qu’il arrivait quelque chose à l’une de mes sœurs, et que je n’avais rien fait pour aider. Nous avions beau avoir nos différends, je ne pouvais pas tourner le dos à ma famille, surtout pas quand elle était en danger. Et puis de l’autre côté, il y avait Peddy. Le doux, l’attentionné Peddington, qui avait supporté sans broncher que je le fasse galérer, avant de lui offrir mon premier baiser. Et puis mon cœur, d’une certaine façon. Et il était tout aussi hors de question que je le laisse aux mains d’un tueur sans rien faire pour le garder en vie.

Il fallait pourtant que je prenne une décision, et vite, car tout s’accélérait autour de moi. Les gens hurlaient, pleuraient, cherchaient à s’enfuir par tous les moyens, dans un mouvement désordonné de panique général. Et avant que je n’ai eu le temps de réagir, ces invités au bord de la crise de nerfs décidèrent pour moi de ce qui allait se passer ensuite. On me bouscula brutalement, et je fus emportée sur quelques mètres par ce flot humain hystérique, qui m’empêchait de bouger, alors que je cherchais désespérément à retourner auprès de cette foutue table 1, où se trouvaient malgré tout tant de gens auxquels je tenais. Jouant des coudes, poussant autant que l’on me poussait, je gagnais péniblement quelques mètres, lorsqu’un coup de feu plus proche affola encore plus les convives, qui me poussèrent contre une table désormais vide, qui se renversa sous le choc, m’empêchant de retrouver l’équilibre. Trop concentrée sur le fait de rester debout, je ne vis pas la décoration que j’avais trouvé kitsch à mon arrivée, se décrocher de son fil qui paraissait pourtant solide, et avant que je n’ai le temps de m’écarter, le massif angelot pailleté me percuta au niveau de la tête, près de la tempe, m’envoyant voler un peu plus loin, comme une vulgaire poupée de chiffons.

Le coup m’assomma à moitié, faisant taire d’un coup tous les cris et les coups de feu aux alentours, rendant la scène lointaine et irréelle, comme si au final tout cela n’était qu’un mauvais rêve. La douleur, quant à elle, n’était pas une illusion, et pulsait avec force sur le point d’impact, irradiant dans toute ma tête, et dans mon cou. Je voulus me relever, ou au moins me redresser, mais un violent haut-le-cœur me fit vite abandonner l’idée. Les larmes me montaient aux yeux tant la douleur était forte, mais je savais qu’elle ne durerait plus très longtemps. L’adrénaline qui ne manquerait surement pas de couler à flot dans mes veines d’ici quelques instants ferait disparaître au moins momentanément la douleur, le temps de retrouver les miens et de sortir de cet enfer, du moins je l’espérais. Car il était hors de question qu’il soit écrit sur ma tombe que moi, Summer Hayley Mcqueen, était morte agressée par un ignoble Cupidon de pacotille lors d’une stupide fête de Saint Valentin, alors que c’était la première fois qu’elle acceptait de la fêter, et qu’on lui donnait cette envie. Le regard trouble, je fixais un lustre, m’accrochant à cette image pour refluer la douleur, tandis que j’inspirais et expirais profondément, attendant que la nausée qui m’avait envahie me quitte.


Dernière édition par Summer H. McQueen le Ven 1 Mar - 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité


information
My life

ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 EmptyMar 26 Fév - 9:14



guns are dangerous cuz they steal the life.
feat everybody.


« La philosophie antique nous apprenait à accepter notre mort. La philosophie moderne, la mort des autres. » Je ne savais plus où j'avais entendu ça et la seule chose qui me venait à la tête c'était cette foutue citation qui n'allait pas aider les gens à s'en sortir face à ce tireur fou ! Même si je n'étais touché qu'à la jambe et que mes organes étaient saufs, je savais que perdre trop de sang n'était pas bon, et malheureusement il avait touché une artère vu la quantité d'hémoglobine que je perdais, j'aurais aimé me relever, mais la force me manquait, et dès que j'essayais de me redresser, la tête me tournait et je voyais immédiatement des étoiles me couvrir la vue. Généralement, les policiers auraient du arriver, mais là non, ils n'étaient pas là, est-ce que quelqu'un aurait eu au moins l'intelligence de les appeler ? Mais quand je vis que le tueur rodait partout dans la salle et abattait des gens sans aucun état d'âme, je me mis à penser que sortir un téléphone c'était signer son arrêt de mort. Quand je tourna la tête, je vis Thybalt allongé non loin de là, il perdait du sang au niveau de son ventre, et rapidement la petite tête blonde que j'avais réussis à raisonner arriva, elle vit son frère/cousin, je n'en savais rien et ensuite un téléphone, mauvaise idée, je ne pus que pousser un grognement mais elle ne l'entendit pas, et quand elle retourna auprès du membre de sa famille, elle se fit descendre d'une balle en pleine poitrine. Je fermais les yeux immédiatement, ne voulant pas regarder son corps tomber au sol. Quelle cruauté, je n'arrivais pas à croire qu'on puisse faire ça, tuer des gens était une chose que je ne pouvais pas imaginer. Ayant perdu ma mère je ne voulais pas que des parents perdent leurs enfants, c'était une chose trop affreuse pour qu'on puisse l'imaginer. Puis ce fut au tour de Lullaby de se faire tirer dessus, une dans l'épaule, mais jusqu’où ce massacre ira-t-il ? Jusqu'à la mort de tous les convives ? Je n'osais pas formuler cette idée dans ma tête, parce que cela voudrait dire que chacun d'entre nous allait y passer. Et si ce n'était pas par le tir de l'arme à feu, ce serait par nos blessures. Quelle horreur, je sentais le froid me prendre,mais non je ne céderais pas, comme un brave garçon j'allais garder les yeux ouverts et... je me mis à bailler. Non Nathan refais le compte. « Je m'appelle Nathan, j'ai vingt-deux ans, non vingt et un ans, j'étudie à Yale afin de devenir cuisinier, ma petite amie est Cléia et elle risque de se faire tuer d'une minute à l'autre. » Mes yeux s'écarquillent quand cette idée me vint en tête. Non je refusais que Cléia vienne pour tenter de nous sauver, mais la connaissant, c'était courut d'avance. Je sentis une présence à mes côtés et quand je vis qui c'était, je levais les yeux au ciel, non mais elle le faisait exprès ou quoi ? Voulait-elle se faire tuer d'une balle en pleine tête ? « Tu vas t'en sortir Nathan, je te promets puis de toute façon, ne me dis pas de partir, je ne partirais pas d'ici sans toi. » Ouais bien sûr et c'était la marmotte qui mettait le chocolat dans le papier d'aluminium aussi ? Je levais les yeux au ciel une seconde fois, tellement exaspéré par le niveau de bêtises que l'on pouvait dire sous le coup du stress, je savais très bien que ce genre de blessure pouvait entraîner ma mort même s'il y avait largement plus grave, une artère était touchée, je voyais les bords du tuyau faisant circuler le sang sortir de ma blessure. Cléia me compressa la lésion comme elle pu grâce à ce qu'elle trouva, c'est à dire une serviette en papier, bravissima ! Je retenais des gémissements de douleur en la sentant faire mais avais-je le choix ? Non, alors je serrais les dents et me contentait de grimacer. Puis elle détourna la visage et regarda sa meilleure amie, oui va l'aider, elle a des plaies bien plus grave que la mienne, mais je ne parlais pas, j'étais comme plongé dans un mutisme à cause de cette foutue balle qui m'avait littéralement traversé la jambe et laissé un trou dans la cuisse. Cléia se leva et alla chercher la veste d'un homme à quelques pas d'ici et revint afin de me faire un garrot avec, cette fois-ci, je ne pus m'empêcher de lâcher un gémissement, ça me brumait et j'avais l'impression qu'on me faisait une sorte de contusion avec un fer à briser. Avant de partir, elle me déposa un baiser sur les lèvres qui eut une saveur froide, stressée et gorgée de sel, elle pleurait, je la comprenais, mais moi je me refusais d’accéder aux larmes. « MICHEL FOUCAULT ! » Et c'était partis pour le délire, que m'avait-il pris de gueuler ça à travers la salle ? Mais que voulait dire le mot gueuler au fond ? Parce que vu l'état dans lequel j'étais, ça se tombait, j'avais la voix que j'utilisais au quotidien pour parler. Mais je me souvenais que c'était Michel Foucault qui avait écris la citation à laquelle j'avais pensé tout à l'heure. Mais quel beau crétin je faisais.

© bang
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Invité


information
My life

ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur ET LA SOIREE VIRA AU DRAME - Sujet commun 2 - L'apparition du tueur - Page 2 EmptyMar 26 Fév - 9:33